COMPAGNIE GRENADE

Les premières de AMOR ont eu lieu les 7, 8 et 9 octobre 2017 au Pavillon Noir, CCN d’Aix-en-Provence.

« Si des créateurs, qui ont à leur disposition les plus grands danseurs du monde, adhèrent à notre démarche, c’est que les jeunes interprètes de la Cie Grenade apportent une autre lecture de leur œuvre. »
Josette Baïz

 

La presse en parle…

[…]  un thème précis (l’amour, évidemment) et une étendue exceptionnelle, englobant un quart de siècle de danse, entre les extraits les plus anciens et le plus récent. […] La diversité des approches et des façons de concevoir la danse frappe d’autant plus que la soirée est placée sous un thème fort dont on pourrait penser qu’il conditionnerait les esthétiques. Il n’en est rien. Josette Baïz a développé, depuis sa conception de la première soirée composite en 2011, un regard panoramique et analytique sur le paysage de la danse. […] Amor nous parle surtout d’amour pour la danse, porté par une compagnie qui excelle dans la capacité à passer d’un univers à l’autre.

Danser Canal Historique
par Thomas Hahn
26/10/2017
Source en ligne

[…] Avec AMOR, Josette Baïz et sa compagnie livrent l’essentiel d’une adaptation réussie. A savoir, le talent de jeunes danseurs plein d’avenir et le savoir-faire d’une directrice artistique ovationnée au Pavillon Noir à Aix, pour les premières.  

La Marseillaise
par Houda Benallal
23/10/2017

[…] Josette Baïz compose un grand puzzle fait de pièces rapportées qu’elle juxtapose les unes aux autres formant un paysage, son paysage, un univers bien à elle, une façon d’aborder le monde avec ses références et ses envies… […] On l’aura compris, le tour de force de ce nouveau projet est aussi bien la résurgence de notre patrimoine dansé que la dextérité qu’il faut pour les danseurs de passer de l’un à l’autre… Et c’est la révélation de Amor, cette jubilation de danse amenée par des danseurs, jeunes, engagés, performants mais aussi chargés d’une histoire et que Amor parachève en leur donnant l’occasion de traverser presque trente ans de danse en une soirée où l’on pouvait apercevoir dans la salle la plus part des auteurs des pièces venus eux mêmes les enseigner aux danseurs. Émouvant moment d’un patrimoine qui renaît avec Amor qui porte haut l’idée et les couleurs de la danse façon Baïz, jubilatoire, exigeante, communicative.

Inferno
par Emmanuel Serafini
17/10/2017
Source en ligne

[…] A lire ainsi cela peut paraître rébarbatif, on eut pu craindre le copié-collé ou le patchwork. C’est sans compter avec le métier de Josette Baïz qui ne reprend pas dans leur intégralité les pièces d’autres chorégraphes comme le font les centres chorégraphiques chargés de diffusion mais qui les réinvente, associant extraits de pièces et créations commandées à des chorégraphes reconnus ou émergents, puis cousus main. Elle a su faire de ces « morceaux choisis » un feuilleton passionnant et haletant. Quand on sait que les danseurs sortent tout juste de «Guests » et enchaînent avec « Welcome » on ne peut que mettre respectueusement chapeau bas. Tout feu, tout flammes, ils ont l’insolente beauté du diable. 

Envrak
par Jean Barak
11/10/2017
Source en ligne

 

En savoir plus…

 

AMOR en images